© 2015-2019 Louise Leroux, Tous droits réservés

  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon

Améliorer l'habileté de la prise de décision en 8 étapes

Mis à jour : janv 3


“La pire décision de toutes est celle que l'on n'a pas prise.” - Zig Ziglar




Avez-vous déjà travaillé avec des leaders, des gestionnaires ou des coéquipiers qui sont incapables de prendre des décisions, manquent d'habiletés, s'esquivent carrément ou à l'inverse sautent trop rapidement aux conclusions? Si vous avez répondu oui à cette question, c'est sûrement parce que vous avez vu les conséquences parfois négatives que cela peut occasionner sur le déroulement, l'efficacité ou sur la réussite de certains projets dans l'organisation. Naturellement, le degré de complexité de la décision varie en fonction de sa nature et de sa portée qu'elle soit stratégique, tactique ou opérationnelle. La personnalité, les valeurs, le style de décideur, le contexte et le temps disponible seront des facteurs déterminants dans le processus décisionnel. Quelle soit individuelle ou collective, la prise de décision complexe regroupe des composantes associées à l'aspect cognitif, émotif, moral et social touchant souvent le contexte relié aux individus, aux groupes et à l'organisation. La bonne nouvelle, c'est que la prise de décision est une habileté qui se développe avec la pratique et l'expérience.

Que signifie prendre des décisions complexes? Il s'agit de prendre des décisions de qualité qui sont adaptées et pertinentes par rapport aux situations. Elles sont basées sur la capacité de saisir l'essentiel et les aspects fondamentaux d'une situation grâce à l'analyse, l'expérience et le jugement soulignant l'importance d'avoir de bonnes capacités intellectuelles et faire preuve d'intelligence émotionnelle. La prise de décision s'accompagne aussi de d'autres compétences clés comme par exemple: savoir définir les priorités, prendre les décisions au bon moment, maîtriser la résolution de problèmes, faire preuve de créativité, faire face à l'ambigüité, faire preuve de courage managérial, savoir gérer les conflits et être doué pour la communication interpersonnelle, persuader et négocier etc. Le processus exige de bien définir les objectifs ou les problématiques de départ pour ensuite assembler, traiter et discuter de toute l'information pour déterminer et évaluer les différentes options. Être méthodique et logique, savoir poser les bonnes questions, utiliser toutes les sources d'information et d'analyser un problème sous tous les angles permettent d'apporter des solutions efficaces à des problèmes complexes. Une fois l'évaluation complétée des solutions et la décision prise, il suffit de tout mettre en œuvre et d'apprendre des résultats obtenus. C'est dans l'évaluation et l'adhérence de la décision que l'on pourra juger de sa qualité. De plus, l'analyse des échecs et des succès permet d'en retirer des apprentissages judicieux tout en s'ajustant aux situations ou aux nouveaux problèmes. Dans toute décision, il existe toujours un niveau plus ou moins élevé d'incertitude et de risque associé aux conséquences possibles des choix effectués et du niveau de contrôle que nous pouvons exercer.

Quelles sont les problématiques rencontrées? L'incapacité à décider peut être un obstacle majeur à la prise de décision souvent elle repose sur certaines peurs qui sont présentes mais pas toujours conscientes. Par exemple: la peur de se tromper et de faire des erreurs; la peur de l'échec ou de ne pas être à la hauteur; la peur de l'inconnu ou de la tolérance face à l' ambigüité; la peur de déplaire si la décision n'est pas approuvée par l'entourage. D'autres pièges nous guettent aussi dans la prise de décision individuelle ou collective comme par exemple: l'identification erronée de la problématique réelle, le nombre limité de solutions pour une décision acceptable plutôt qu'optimale, le manque ou la surcharge d'information, le manque d'évaluation des conséquences des options, les différences dans les types de décideurs, les erreurs de perception, les biais dans la collecte des informations, le manque de créativité ou de solutions, le manque de critères et de méthodes de décision, le biais face au statu quo, la perception du risque, le conformisme social, la pensée de groupe et le paradoxe d'Abilène dans la prise de décision collective.

Comment améliorer l'habileté pour la prise de décision?

1-Avoir une bonne connaissance et une estime/affirmation de soi: Pour prendre une décision, il est important de bien se connaître en termes de valeurs, de personnalité, d'intérêts, de priorités, d'opinions, de préjugés, des peurs et de tolérance au risque. L'estime de soi aide à affronter les situations critiques car elle nous donne une bonne assurance dans nos capacités et notre sentiment d'efficacité personnelle. Cette base est essentielle afin de mieux s'affirmer, communiquer et d'accepter les risques et les échecs.


2-Connaître son style de décideur et s'inspirer au besoin: Il est important de bien se connaître comme décideur et de comprendre que les styles varient en fonction des valeurs (orientation sociale ou technique) et de la tolérance face à l'ambigüité. Un exemple de style pourrait être: logique/analytique, directif, créatif/conceptuel, accommodant, hésitant, émotif, intuitif, impulsif etc... Au besoin, identifiez une personne dans votre entourage qui vous inspire comme modèle à suivre et demandez-lui simplement comment elle procède ainsi que les processus utilisés.


3-Se méfier des problématiques et faire une bonne analyse: Ayez conscience des nombreux pièges qui vous guettent et assurez-vous de bien définir les problèmes, les causes et les objectifs poursuivis. Méfiez-vous des préjugés ou de solutions déjà faites, n'hésitez pas à sortir de votre zone de confort et de ne vous fiez pas uniquement à vos expériences passées. Faites preuve de créativité et d'une bonne analyse des solutions possibles en fonction de vos critères et méthodes de décision, au besoin regrouper vos solutions par catégories pour y voir plus clair. N'hésitez pas à discuter de la situation avec les autres, demandez-leur leur avis et faites-vous aider au besoin.


4-Améliorer les compétences en résolution de problèmes: Avant de trouvez les solutions, prenez le temps de posez plus de questions. Pour obtenir des idées nouvelles prenez le temps de bien définir, analyser et de disséquer les problèmes et les causes possibles en profondeur. N'hésitez pas à utiliser une forme visuelle pour bien représenter le tout. Avancez par étapes successives, apprenez aussi à découper les problèmes et à les résoudre par étapes. Ne sous-estimez pas l'importance de l'organisation d'une méthode et d'une logique rigoureuse dans le processus de la résolution de problèmes.


5-Évaluer les solutions, les conséquences et prendre du recul: Pour minimiser les risques associés, prenez le temps nécessaire pour analyser le problème et éviter de sauter à la première solution qui se présente. Prenez l'habitude de vous arrêter pour définir le problème et identifier au moins trois solutions. Ensuite, évaluez toutes les solutions et leurs conséquences possibles en identifiant les pires conséquences possibles. L'objectif est de dédramatiser tous les scénarios et de diminuer l'anxiété vécue face à la prise de décision. Une fois que vous avez tous les éléments requis, prenez du recul et laissez votre cerveau travailler de façon inconsciente (incubation). On dit souvent que la nuit porte conseil, cela vous permettra de voir certaines choses différemment.


6-Savoir oser, gérer le stress et prendre des risques: Assumez vos choix et développez-vous une attitude envers les erreurs possibles. Être capable de sortir de sa zone de confort et de faire face à l'ambigüité est un habileté essentielle en leadership. Selon des études, 90% des problèmes connus par les cadres moyens ou supérieurs ne sont pas clairement définis en termes de la nature des problèmes ou des solutions à adopter. Le succès du leader est associé à sa capacité de prendre plus de bonnes décisions que de mauvaises sans posséder toute l'information, et ce, dans un temps limité. Naturellement, cela requiert de l'estime de soi, de la capacité à tolérer les erreurs, les critiques, la pression qui surviennent durant les situations difficiles. Pour développer vos habiletés, avancez par étapes successives limitées pour réduire l'ambigüité et commencez par prendre des risques limités.


7-Corriger le tir et intégrer les leçons des apprentissages: Si jamais les résultats ne sont pas satisfaisants alors demandez-vous: Comment faire pour rectifier la situation? Que dois-je en retirer? Qu'est-ce qui aurait pu être fait différemment? Comment éviter les erreurs commises la prochaine fois? Quelles sont les apprentissages à réaliser? Pour développer les compétences, identifier les pistes d'amélioration possibles et surtout soyez réaliste face à vos attentes. Mettez toujours en perspective vos résultats, vous remarquerez surement que votre "moyenne au bâton" est meilleure que vous le pensiez.


8-Réduire le temps de décision et écouter l'intuition: Exercez-vous continuellement à prendre des décisions plus rapidement et à écouter l'intuition pour résoudre les problèmes lorsque les conséquences sont moins graves. Donnez-vous des objectifs de temps pour les décisions plus faciles. Ne reportez pas la prise de décision, soyez plus décisif, cela développera votre confiance et votre capacité à prendre des décisions.



Sources:

- Lombardo, Michael M. et Eichinger, Robert W, FYI For your improvement (Améliorer les performances, 4e édition), Lominger International une division de Korn Ferry, 2006

- Lainey, Pierre, Psychologie de la décision, 2e édition, Éditions JFD, 2015

Louise Leroux, Tous droits réservés.

Note: Si vous souhaitez partager ce texte, prière de le publier dans son intégralité et en totalité en citant sa source.

Notes sur l'auteure: Louise Leroux est consultante en gestion, formatrice agréée et coach professionnelle certifiée (ICF). Elle est titulaire d'un M.B.A. et B.A.A. ainsi que d’une certification P.C.C en coaching. Auteure du livre Bonheur et Leadership, elle enseigne aussi comme chargée de cours en management à HEC Montréal et comme formatrice au Carrefour de perfectionnement de la Polytechnique à Montréal.  Site WEB: www.louiseleroux.com



#Articlesdublogue #décision #leadership #compétences